free invisible hit counter
OBJECTIFS
participer à l'éducation et la formation civique du citoyen
renforcer les capacités des individus et des communautés à participer efficacement à la vie locale et nationale et à résoudre leurs problèmes.
aider à réhabiliter des valeurs éthiques et morales telles que l’honnêteté, l’équité, la conscience professionnelle, la tolérance, la solidarité.
contribuer a la promotion d'un citoyen d'un type de nouveau acquis aux valeurs républicaines et démocratiques et prompt à l'action en faveur du progrès, de la démocratie et de la justice
promouvoir par des actions appropriées d'éducation et de formation civiques des comportements favorables dans les domaines du civisme, des droits de l’homme, de l’économie, de l’environnement et de la santé ;
œuvrer pour le renforcement des droits économiques, sociaux et culturels des groupes vulnérables ou marginalisés et la consolidation de l'Etat de droit.
contribuer au renforcement de l’Etat de droit à travers la participation et l’encadrement aux processus électoraux crédibles
offrir une expertise en matière d'élaboration et d'évaluation de plans, projets ou programmes touchant le civisme et la consolidation de l’Etat de droit.
encourager les recherches, les études, la compilation de documents en matière civique et de formation des citoyens

          CITATION DU JOUR    

La connaissance sans sagesse est comme l'eau dans le sable

LE PAYSAGE POLITIQUE

   Le paysage politique en Mauritanie a connu des modifications profondes au cours des quatre dernières décennies. Depuis 1991 avec l’instauration du multipartisme, ce  paysage connait une multitude d’acteurs  qui sont le plus souvent groupés  dans des partis politiques. Le fait le plus marquant reste l’absence d’alternance réelle, la Pouvoir restant toujours aux mains de ceux qui l’ont pris de force.

Ainsi, on assiste toujours à une bipolarisation de la vie politique entre un Pouvoir fort, accaparant l’Etat et tous les moyens et une Opposition affaiblie du fait de son éloignement des centres de décisions et de la marginalisation de ses sympathisants à l'échelon local et national.                             

 

    LE PARTI AU POUVOIR ET SES ALLIES 

                                L’UPR (L’UNION POUR LA RÉPUBLIQUE)

PRÉSENTATION:  c’est Parti qui a été créé en 2009 sur inspiration de l’actuel Président, Mohamed Ould Abdel Aziz pour soutenir son régime.
ORIENTATION : parti centriste, éclectique sans idéologie particulière. C’est un parti qui bénéficie du phénomène que nous appelons le RCAP « Rassemblement Circonstanciel Autour du Pouvoir.»
COMPOSITION : il regroupe des gens de tous bords : notables, hommes d’Affaires, cadres de l’Administration, jeunes ambitieux à la recherche de carrières. Les noyaux durs, les fidèles sont issus des proches du Président Ould Abdel Aziz et des puissants du moment.
PRÉSIDENT : Sidi Mohamed Ould Maham, un avocat, député d’Atar ayant l’appui du groupe MAOA de et de l’épouse de Mohamed Ould Abdel Aziz.
REPRESENTATIVITE: possède la majorité des sièges au Parlement. C’est un parti au Pouvoir. Il bénéficie de l’attrait qu’exerce le RCAP, cité plus haut.
FORCES : le Pouvoir
FAIBLESSES : relative inorganisation, clientélisme, compétition entre tribus, personnalités . Il faut y ajouter l'inexpérience politique de la plupart des dirigeants ainsi due l'absence de ligne politique claire, du fait de la centralisation extrême du processus de décision autour du chef réel

         L’UDP (L’UNION POUR LA DEMOCRATIE ET LE PROGRES)

PRÉSENTATION : un parti qui a toujours été allié à Ould Abdel Aziz. Ce parti a participé à certains gouvernements. Créé par Hamdi Ould Mouknass en 1994. Il a été allié au PRDS de Ould Taya.
ORIENTATION: un parti centriste et sans grand tapage. Plutôt familial car dirigé de père en fille.
COMPOSITION : il regroupe des gens divers : arabes, négro-mauritaniens.
PRÉSIDENT : Naha Mint Mouknass, originaire de Nouadhibou. Elle a été Ministre des Affaires étrangères entre août 2008 et 2010. Aujourd’hui, elle est Ministre du Commerce.
REPRESENTATIVITE : le parti qui avait quelques présences dans des localités est en perte de vitesse même s’il conserve encore quelques élus.
FORCES : sans force particulière.
FAIBLESSES : absence de base sociale nette.

EL WIAM DEMOCRATIQUE ET SOCIAL

PRÉSENTATION : un parti créé par des transfuges du parti ADIL en 2011. Composé d’anciens cadres du PRDS, des transfuges mécontents du système mais ne voulant pas rallier à l’Opposition radicale.
ORIENTATION: centriste, plutôt civil démocrate
PRÉSIDENT : Boidiel Ould Houmeid, un cadre financier, ancien Ministre de Ould Taya, originaire de Keur Macène.
REPRESENTATIVITÉ: le Parti a une certaine représentation avec quelques députés et des conseillers municipaux répartis sur tout le territoire car il pris part aux dernières élections législatives boycottés par l’Opposition.
FORCES : le Parti a représenté pour certains partisans d’Ould Taya, un symbole car son chef défend des thèses très modérées en particulier sur la question des haratine et c’est un admirateur d’Ould Taya. C’est un Parti qui a pour pivot son Président.
FAIBLESSES : Il a connu des défections. C’est un Parti qui se maintient en collant au Pouvoir sans en engranger des avantages, du moins visibles.

               L’APP (L’ALLIANCE POPULAIRE PROGRESSISTE)

PRÉSENTATION : c’était un parti assez radical il y a quelques années, regroupant principalement des haratine, des négro-mauritaniens et des éléments du courant nassériste. Il est à l’origine un parti nassérien bénéficiant des appuis de Kadhafi, figure de proue du mouvement nassérien international. Il a été rejoint par les militants du Parti AC (Action pour le Changement qui était issu d’une scission de l’UFD) et qui a été dissout sous Ould Taya. Ces ex membres de l’AC qui sont principalement des haratine et des négro-mauritaniens ont fini par prendre le contrôle de l’APP.
ORIENTATION: parti de gauche, du courant civil  démocrate, militant officiellement pour le changement. Le Parti a perdu de sa verve militante et de son assise à mesure que son chef change de positions et vieillit.
PRÉSIDENT : le Président du parti est Messaoud Ould Boulkheir, un administrateur sac à dos. Il est le premier hartani à accéder au poste de Ministre dans le premier gouvernement Taya formé le 15 décembre 1984. Congédié du gouvernement le 18 mars 1988, il conduit une liste indépendante aux élections municipales de Nouakchott en 1990. Mais il perd. En 1991, Il participe à la création du Front Démocratique Uni pour le Changement (FDUC) qui regroupait plusieurs mouvements et organisations politiques jusqu’alors opérant dans la clandestinité. Il devient Secrétaire Général d’Union des Forces Démocratiques (UFD) sous la Présidence d’Ahmed Ould Daddah. En 2006, Il est élu député à l’Assemblée nationale. En Mars 2007, il se présente pour la deuxième fois à l’élection présidentielle et arrive à la quatrième place avec un score de 10% environ. Ralliant le candidat Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, abandonnant Ahmed Ould Daddah et obtenant des ministres et la Présidence de l’Assemblée Nationale avec 5% des députés. Opposé au coup de 2008, il a pris part aux élections de 2009. Un moment réticent, il reprit son siège de Président de l’Assemblée. Et il s’est rapproché d’Ould Abdel Aziz en participant au Dialogue, obtenant pour son Parti la Présidence de la CENI. Il a été nommé Président du Conseil Économique et Social à l’issu de l’appui qu’il a apporté à l’UPR pour l’élection de la Présidente de la Communauté Urbaine de Nouakchott.
REPRESENTATIVITE : le parti avait une assise assez importante mais elle a baissé du fait de la scission d’un groupe de Haratine qui a créé un autre parti accusant Messaoud de trahir la cause haratine et de courtiser le Pouvoir. L’homme a des positions assez mouvantes.
FORCES : elles déclinent.
FAIBLESSES : une base divisée, des positions changeantes

L’AJD-MR (ALLIANCE POUR LA JUSTICE ET LA DÉMOCRATIE).

PRÉSENTATION : Un parti essentiellement sinon totalement négro-mauritanien et considéré comme prônant éthnicité, créé en 2007.
ORIENTATION : Accusé par certains d’être proche des FLAM et d’en être la vitrine légale, il prône cependant des valeurs démocratiques.
PRÉSIDENT : Sarr Amadou Moctar, originaire de la vallée du Fleuve, un ex instituteur et militant de longue date ayant déjà été en prison à Walata, sous Ould Taya.
REPRESENTATIVITE : relativement importante en milieu négro-mauritanien, surtout au sein de la jeunesse. Le parti a participé à toutes les élections depuis le coup d’état de 2005, présidentielles, législatives et municipales. Il est toujours aux environs de 4%. Il possède aujourd’hui des élus à l’Assemblée Nationale et dans les conseils municipaux.
FORCES : une position constante et un électorat stable. Il recueille les voies de jeunes négro-mauritaniens qui se considèrent frustrés. Il ne boycotte jamais les scrutins.
FAIBLESSES : l’absence d’une base forte ainsi qu’une faible représentation dans les milieux influents de la Communauté négro-mauritanienne. Une faible implantation chez les autres communautés negro-mauritaniennes comme les Soninkés et les Wolofs.

                                                  SAWAB

PRÉSENTATION : créé officiellement en 2005, il est en fait l’officialisation du mouvement baathiste qui existait dans la clandestinité depuis la fin des années soixante. Il a rejoint le Dialogue avec le Pouvoir comme l’APP et El Wiam.
ORIENTATION : un parti à l’idéologie baathiste. il regroupe des anciens cadres baathistes. La chute de Saddam et le recul de cette idéologie limite ses recrutements.
PRÉSIDENT : Abdessalam Ould Horma, un professeur de Lettres arabes. Mais le chef réel est le leader historique du Baath mauritanien, Mohamed Yehdhib Ould Breideleil. aujourd’hui âgé mais toujours actif.
REPRESENTATIVITE : assez faible. Il n’a eu aucun élu aux dernières élections. 
FORCES : limitée car l’idéologie du Baath est en déclin
FAIBLESSES : beaucoup de faiblesses dues à la situation du courant lui-même.

                                            EL VADILA 

PRÉSENTATION : un parti fondé en 2007 par un petit groupe de traditionalistes.
ORIENTATION : le parti se proclame d'une ligne Islamiste traditionaliste. Son projet social est conservateur et œuvre officiellement  pour l’application de la Shari’a.
PRÉSIDENT : Ethmane Ould Cheikh Eby Al Maali, fils d’un Cheikh soufi de la Qadiriya. Ex diplomate. Il a été Consul à Sebha et à Djedda et Ambassadeur à Doha et au Koweit.
REPRESENTATIVITÉ : assez faible quoique le Parti a pu élire son Président au Parlement aidé en cela par le scrutin à « la proportionnelle au plus fort reste » en vigueur.
FORCES : l’idéologie islamiste qui peut toujours apporter des électeurs et les relations extérieures de son chef et son alliance avec le pouvoir en place.
FAIBLESSES : sans base réelle
 
               LES PARTIS DE L’OPPOSITION

     LE RFD (RASSEMBLEMENT DES FORCES DEMOCRATIQUES)

PRÉSENTATION : Le RFD a pris le relais de l‘UFD, dissoute en 2001. Les partisans d’Ahmed Ould Daddah créent alors ce Parti.
ORIENTATION : le Parti a une orientation de centre gauche. C’est un parti Civil-démocrate.
PRÉSIDENT : Ahmed Ould Daddah, demi-frère du premier Président Mokhtar Ould Daddah. Economiste de formation, il occupe plusieurs postes : Secrétaire exécutif de l’Organisation des Etats Riverains du Fleuve Sénégal (OERS), ancêtre de l’OMVS, Directeur de la Société Nationale d’Import-Export (SONIMEX), Gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie entre 1973 et 1978. C’est là qu’il a marqué l’économie naissante du pays en gérant efficacement le processus de création de la monnaie nationale, l’Ouguiya, en 1973. Nommé Ministre des Finances le 1er Juin 1978, un mois dix jours avant le coup d’état militaire qui va renverser le régime civil. Ahmed Ould Daddah connaîtra la prison puis ira travailler avec le Fonds Monétaire International en Afrique centrale de 1987 à 1991. Il rentrera pour briguer un mandat présidentiel lors des élections de janvier 1992. Il est le candidat d’une grande coalition de groupes politiques. Il sera battu, obtenant 32,7 % des voix. Mais, il conteste les résultats qu’il considère frauduleux. En mars 2007, il s’incline au second tour de la présidentielle face à Sidi Ould Cheikh Abdallahi, avec 47 % des voix dans des élections qu’il aurait pu gagner facilement si tout l’establishment militaro-administratif n’avait mis son poids du côté de Sidi. En mai 2006, il devient le chef statutaire de l’opposition. Ahmed Ould Daddah accueille favorablement, voire appuie le coup de Mohamed Ould Abdel Aziz de 2008 mais finit par exiger le départ des militaires. Il rejoindra les autres partis de l’Opposition dans leur lutte contre la Junte. Son parti signe les Accords de Dakar et participe aux élections de juillet 2009. Il arrive en troisième position. Il conteste les résultats et dénonce une fraude massive. Ahmed Ould Daddah continue de diriger le RFD et reste une figure crédible de l’Opposition. Il est considéré comme un bon technocrate, un homme très intègre et véridique doté d’un grand charisme. Il est cependant connu pour être un homme crédule et entier : ce qui fait dire à certains qu’il manque la trempe que demande parfois une situation où tous les acteurs ne jouent pas francs jeux, en particulier dans des pays où des chefs militaires sont de passage.
REPRESENTATIVITÉ : le RFD est le doyen des partis de l’Opposition. Mais il commence à se scléroser. Il a besoin de renouvellement dans le leadership pour une meilleure organistion et une plus intense activité. Cela l'aidera à mieux diriger une base toujours conséquente et contribuer à rassembler une Opposition disparate. Lr Parti bénéficie toujours d'un important crédit du fait du passé de son chef.
FORCES : ancienneté dans l’opposition et une grande sympathie populaire dans de nombreux endroits.
FAIBLESSES : un lent renouvellement dans les instances, une faiblesse dans des structures et l’absence de nouveaux leaderships ainsi que l’insuffisance des moyens matériels.

                                      L’UFP (l’UNION DES FORCES PROGRESSISTES)

PRÉSENTATION : un parti issu de l'aile de gauche de l’ancien courant marxiste, le MND (Kadihines). Il est constitué par une alliance entre arabes et négro-mauritaniens.
ORIENTATION : il a une ligne de gauche. Il est du courant civil- démocrate. Il cherche à symboliser le regroupement des arabes et des négro-mauritaniens. Un parti qui place l’unité nationale au centre de ses préoccupations. Il appuie le Polisario depuis toujours.
PRÉSIDENT : Mohamed Ould Moloud, historien et militant politique. C’est un ancien militant du MND (Mouvement dirigé par le Parti des Kadihines marxisant de la fin des années 60 et les années 70. Il fait partie de l’aile qui avait refusé l’intégration au PPM de Mokhtar Ould Daddah. Avec ses amis de la tendance de gauche du MND, il intégra l’UFD pour la quitter en fondant l’UFP.
REPRESENTATIVITÉ : importante en un moment donné. Il a été victime de quelques départs. Il est représenté dans la vallée du Fleuve à Boghé, à Barkeol et un peu dans ce que l’on appelle le " Triangle de la Pauvreté". Il a une présence dans la cité minière de Zouerate. Il bénéficie de l’appui d’un Syndicat la CGTM. Il est faible dans les grands ensembles tribaux traditionnels.
FORCES : une certaine base traditionnelle, une présence dans les organisations de la société civile et dans la Diaspora en France.
FAIBLESSES : déclin relatif du fait du vieillissement du leadership, de la faiblesse de recrutement dans la jeunesse et dans les ensembles traditionnels.

                                                      TEWASSOUL

PRÉSENTATION : parti dit islamiste créé en 2007
ORIENTATION : Islamiste, courant frère musulman. Il cherche le pouvoir et vise l’application de la Shari’a dans la société. Il pratique une politique de proximité. Il a des services sociaux importants qui bénéficieraient de fonds en provenance du Golfe. C’est un parti internationalement branché. Ne soutient la violence qu’en Palestine ou en Irak. Il est opposé à l’extrémisme violent.
PRESIDENT : Mohamed Jemil Ould Mansour. C’est un activiste islamiste déjà détenu au temps de Taya. Le chef spirituel du Parti est Mohamed El Hacen Ould Dedew, un prédicateur assez érudit, proche d’Al Quaradaoui, le leader religieux sunnite vivant au Qatar.
REPRESENTATIVITE : le parti a gagné beaucoup de sièges ainsi que d’innombrables conseillers municipaux. Sa force est plus importante qu’il n’apparait. Le parti est très présent dans les quartiers populaires, le Bazar et l’Université. Il possède une base féminine active.
FORCES : c’est un parti bien implanté sur tout le territoire. Sa principale force est son idéologie islamiste qui lui offre des possibilités de recrutement importantes. Cela ne demande qu’un peu de propagande et une action sur une fibre sensible : la religion. Il faut ajouter à cela des moyens financiers originaires du Golfe ainsi que des organisations caritatives actives dans l’action sociale de proximité.
FAIBLESSES : La conjoncture devient plus défavorable avec l’échec des frères musulmans en Egypte, leur recul en Tunisie et l’hostilité de pays du Golfe comme l’Arabie saoudite et les Emirat arabes unis. Les moyens financiers risquent de faire défaut surtout si le Qatar révise son attitude.

                                                             ADIL

(LE PACTE NATIONAL POUR LA DEMOCRATIE ET LE DEVELOPPEMENT)

PRÉSENTATION : le parti a été créé pour soutenir Sidi Ould Cheikh Abdallahi
ORIENTATION : civil démocratique. Il a tenté une fois de rejoindre la majorité présidentielle. Aujourd’hui ce Parti est très actif dans l’Opposition.
PRÉSIDENT : Yahya Ould Ahmed El Waghf, éphémère Premier ministre de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, ancien Directeur général d’Air Mauritanie.
REPRESENTATIVITÉ: assez faible. Au temps du Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, il avait la majorité des députés du fait du phénomène du « RCAP » décrit plus haut. Il reste un symbole de la résistance au coup de 2008.
FORCES : une certaine légitimité face au putsch de 2008, putsch dont la problématique est dépassée aujourd’hui. Mais le Parti qui connait quelques défections reste très actif avec une direction assez dynamique.
FAIBLESSES : elles sont structurelles dues à l’absence d’une réelle base.

                                                               HATEM

PRÉSENTATION : un parti créé par un co-auteur du putsch manqué de 2003. Lors de sa création, il avait bénéficié de l’appui d’un groupe non négligeable de jeunes, surtout des régions orientales du pays ainsi que d’ex officiers subalternes à la retraite.
ORIENTATION : Islamisme- pan-arabiste
PRÉSIDENT : Salah Ould Hanena, un ex capitaine de l’armée, emprisonné sous Ould Taya après son coup manqué. Il sera relâché après le coup de 2005.
REPRESENTATIVITÉ : assez faible du fait des désistements. Le parti reste dans une mouvance islamiste. Ce qui lui vaudra des appuis.
FORCES : elle réside dans sa rhétorique islamiste qui peut lui apporter des voix ainsi que de son opposition active jusqu’ici.
FAIBLESSES : l’absence d’une base réelle visible.

                                  LE RENOUVEAU DEMOCRATIQUE (RD)

PRÉSENTATION : un parti créé en 2005 par Moustapha Ould Abeiderrahmane.
ORIENTATION : un parti du courant de centre-gauche civil démocrate.
PRÉSIDENT : Moustapha Ould Abeiderrahmane, un des leaders historiques du Mouvement National Démocratique. Il fait partie de l’aile qui avait rejoint le PPM.
REPRESENTATIVITE : assez faible aujourd’hui après avoir eu une importante base à Nouadhibou. Mais la défection de l’ex Maire de Nouadhibou l’a affaibli dans cette localité. Il n’a eu aucun élu durant les dernières municipales et législatives, élections qu’il a dénoncées comme frauduleuses.
FORCES : l’expérience de son chef, un homme doté d’expériences mais qui en manquer parfois durant les périodes décisives.
FAIBLESSES : absence de base réelle.

             LE MOUVEMENT POUR LA REFONDATION (MPR)

PRÉSENTATION : un Parti créé par Kane Hamidou Baba. Il ambitionne le leadership de la Communauté négro mauritanienne.
PRESIDENT : Kane Hamidou Baba, originaire de Tekane (Trarza). Un ex député du RFD qui pendant longtemps était un des collaborateurs d’Ahmed Ould Daddah et qui l’a quitté après le coup d’Etat de 2008. Il a alors rejoint Ould Abdel Aziz en appuyant l'agenda présidentiel de ce dernier programmé pour juin 2008 et combattu par l’Opposition. Il a regagné le camp de l’Opposition en 2010.
REPRESENTATIVITE : inconnue mais probablement limité malgré les efforts de son chef pour attirer les négro-mauritaniens.
FORCES : le discours modéré du Leader qui est un bon communicateur.
FAIBLESSES : la base qui ne semble pas forte.

                          LA CONVERGENCE DEMOCRATIQUE (CD)

PRESENTATION : un parti créé en juin 2010
ORIENTATION: ce parti est de tendance civil démocrate. A son début ce parti a été perçu comme d’Ely Ould Mohamed Vall, Président de la Transition de 2005-2007. ce qui a été formellement démenti par son Président.
PRÉSIDENT : le Président de ce parti est Mahfoud Ould Bettah, un avocat ancien ministre de la justice durant la Transition de 2005-2007.
REPRESENTATIVITE : elle semble faible malgré la forte communication de ce parti et des actions de terrain.
FORCES : l’activité sur le plan médiatique ainsi qu’un bon ciblage sur le terrain en particulier à Nouakchott.
FAIBLESSES : absence d’une base sociale visible.

L’UNAD (UNION NATIONALE POUR L’ALTERNANCE DEMOCRATIQUE)

PRÉSENTATION : Un parti créé en 2008
ORIENTATION : civil démocrate, moderniste et libéral.
PRÉSIDENT : ABDEL GHOUDOUSS OULD ABEIDNA, un juriste formé aux Etats-Unis.
REPRESENTATIVITÉ : jamais testé réellement. Elle devrait être faible par manque de base sociale.
FORCES : des idées assez avancées, l’activisme de son chef et probablement quelques moyens financiers
FAIBLESSES : base sociale très limitée et absence de cadres expérimentés.

LE PARTI POUR LA LIBERTE, LA JUSTICE ET L’EGALITE

PRÉSENTATION : un parti créé en 2007
ORIENTATION : civil démocrate de tendance islamisante
mPRÉSIDENT : Ba Mamadou Alassane, originaire de Maghama. C'est ancien Ministre sous Mokhtar Ould Daddah. Un homme de dialogue et d'ouverture. Il mène des activités politiques depuis des années. A ses débuts, il était sur des positions « éthnicistes ». Il semble se ranger dans la mouvance générale.
REPRESENTATIVITE : assez faible
FORCES : sans aucune force visible
FAIBLESSES : énormes

EL MOUSTAKBAL

PRÉSENTATION : un des plus récents parti créé par des dissidents de l’APP. Le 17 avril 2011 un groupe de dissidents membres de l’APP, sous la houlette de Samory Ould Beye SG de la Confédération Libre des Travailleurs de Mauritanie (CLTM) et Mohamed Ould Bourbouss, ancien ministre et tous du Bureau Exécutif de l’APP se séparent de Messaoud Ould Boulkheir et crée ce parti. Mais très vite, ils se chamaillent.  Des accusations sont portées contre Ould Bourbouss qui était secrétaire général par la majorité du bureau pour « entente illicite avec le Pouvoir » conduisant à l’obtention de prébendes. Des accusations démenties par l'intéressé.
ORIENTATION : mouvement « ethniciste » haratine.
PRÉSIDENT: Samory Ould Beye 
REPRESENTATIVITE : assez faible encore. Mais le discours un peu radical peut à l’avenir attirer pourvu que le leadership soit connu et stable.
FORCES: positionnement qui peut être porteur sur la question de l’éradication des séquelles de l’esclavage. 
FAIBLESSES : contestation dans leadership et absence de cadres rompus à l’action politique.
 

L’ALLIANCE NATIONALE DEMOCRATIQUE (AND)

PRESENTATION : le plus récent des partis politiques, formé début 2016 après le départ du RFD de son Vice-Président Mohamed Abderrahmane Ould Moine qui semble avoir des divergences avec Ahmed Ould Daddah. Les tentatives de rapprocher de nouveau les deux hommes ayant échoué, le fils de Mohamed Abderrahmane, Yacoub Ould Moine lance alors le Parti.
ORIENTATION : Le parti est d’orientation civil démocrate et se positionne au centre.
PRESIDENT : Yacoub Ould Moine,Professeur d'Université,  un ancien député du RFD à l’Assemblée nationale élue en 2006.
REPRESENTATIVITE : difficile à établir étant donné la jeunesse du Parti
FORCES : la détermination et l’activisme de ses dirigeants et l’apport local éventuel mais aussi extérieur que pourrait lui apporter une certaine diaspora.
FAIBLESSES : compétition serrée une scène déjà bourrée de partis politiques d’où la difficulté pour les nouveaux arrivants de se frayer un chemin et surtout la complexité du travail politique sérieux pour bâtir une vraie force.
                                                                                           

                                             LES COALITIONS

LA CUPAD (CONVENTION POUR L’UNITE ET L’ALTERNANCE PACIFIQUE ET DEMOCRATIQUE) EX CAP (CONVENTION POUR UNE ALTERNANCE PACIFIQUE)

PRÉSENTATION : c’est une coalition de trois partis décidés à aller au Dialogue avec le Pouvoir : l’APP, El Wiam et Sawab. Elle a visait à contrebalancer l’influence de la COD (Coordination de l’Opposition Démocratique).
ORIENTATION : participationniste, modéré, proche du Pouvoir. L’objectif non affirmé est de participer au Gouvernement. Ce que Ould Abdel Aziz n’a pas voulu encore.
PRÉSIDENT : la Présidence est tournante
FORCES: la participation de cette coalition au Dialogue lui a permis de se crédibiliser et d’avoir une plus grande visibilité dans un paysage politique bipolaire dominé par les altercations entre le Pouvoir et l’Opposition.
FAIBLESSES : L’existence de la CUPAD si elle a donné plus de crédits aux trois partis n’a pas empêché la forte bipolarisation de la vie politique.
LE FNDU (FORUM NATIONAL POUR LA DEMOCRATIE ET L’UNITE)

PRÉSENTATION : Le Forum est constitué d’une coalition de quatre Pôles le pôle politique qui regroupe des partis et formations politiques, le pôle de la société civile qui regroupe des Organisations non Gouvernementales, le pôle syndical qui regroupe des organisations syndicales, le pôle des personnalités indépendantes. Il a été lancé officiellement le 2 mars 2014.
ORIENTATION : Le FNDU s’est donné pour objectifs « de conjuguer les efforts de ses composantes en vue de rompre définitivement avec les régimes autocratiques en Mauritanie pour instaurer un système démocratique pluraliste et édifir une société unie, égalitaire, émancipée et solidaire ».
STRUCTURES : les Assises Nationales sont l’instance suprême du Forum, le Conseil de Suivi et de Concertation (CSC) qui est composé de soixante membres, le Secrétariat Exécutif. Le Président qui préside les Assises du Forum et les réunions du Comité de Suivi et de Concertation est nommé pour un mandat de quatre mois non renouvelable et par alternance parmi les quatre pôles.
REPRESENTATIVITÉ: à présent, il représente des forces d’opposition au régime malgré certaines frictions intérieures. Il a perdu cependant le RFD qui était l’une de ses composantes politiques essentielles. Mais le FNDUqui reste uni continue de mener des activités régulières, ce qui renforce sa crédibilité.
FORCES : Le FNDU maintien ensemble une large coalition de l’Opposition civile démocrate du pays.
FAIBLESSES : des ambitions de leadership qui fractionnent la scène politique en une multitude partis, la relative faiblesse de la combativité et de l’engagement des militants, les failles dans l’implantation à l’intérieur, des moyens financiers limités. Cette faiblesse se manifeste dans la mise en œuvre des programmes et dans la politique de communication du regroupement qui n’arrive pas encore à maitriser une stratégie unifiée de communication face aux multiples questions posées dans la scène politique actuelle malgré de récentes tentatives..
PRÉSIDENT ACTUEL: Cheikh Sid'Ahmed Ould Babamine, un officier supérieur à la retaite, ancien Ministre, ancien Ambassadeur, Président de la CENI durant la Transition
 

 

 

 

Lu 694 fois Dernière modification le lundi, 31 octobre 2016 10:59

PUBLICATIONS

CONDUIRE EN VILLE: SECURITE ET COURTOISIE
L’ISLAM: LA VOIE MEDIANE
LE GUIDE DU LEADER : POLITIQUE ET SOCIAL
LA BIENSEANCE (ELEMENTS D’ETIQUETTE)
LA FAMILLE
LE BON CITOYEN: DEVOIRS ET DROITS
LE CODE DU STATUT PERSONNEL
LE GUIDE DU JEUNE CITOYEN
LES ELECTIONS
L’ETAT ET LA BONNE GOUVERNANCE
CHANGER LES MENTALITES  ACCEDER A LA MODERNITE
LE GUIDE HYGIENE ET SANTE

RESEAUX

SOUTENEZ NOUS

NEWSLETTER

Name:
Adresse Email:
How many eyes has a typical person?

ACCES MEMBRE

Identifiant

Mot de passe

Sponsors